Thursday, December 15, 2011

Crash du Vénézuéla

16 08 05, La plus grande catastrophe aérienne de l'histoire de France , 152 morts originaires de la Martinique pour la plupart
Depuis 6 ans, les familles et l'association qui les représente (AVCA) auront marqué les esprits du monde de l'aérien; il y a eu un avant et un aprés "Maracaibo"

Sur le volet de la prévention: l'AVCA , aprés avoir mis en place les premières concertations interministérielles avec les acteurs de l'aérien et les victimes, permet à la Fenvac (fédération des accidents collectifs) de devenir consultant externe à l'OACI
organisera le 1er colloque international sur la sécurité aérienne avec les associations de victimes des crashs du monde entier, la DGAC, le premier broker européen Air Partner en 2008 tout en accompagnant depuis 2006 toutes les associations françaises de catastrophes aériennes
Elle s'implique également sur l'amélioration des programmes de gestion de crise des compagnies aériennes en partenariat avec sa cellule technique , faisant de la France le leader en la matière grâce à l'Outre Mer (avec la compagnie Air Austral, d'autres compagnies devraient suivre)

Sur le volet judiciaire; si la qualité de l'enquête judiciaire laisse perplexe bon nombre de familles, l'AVCA s'est fait fort d'obtenir des réponses techniques précises auprès du BEA français et Vénézuélien dont le rapport final éclaire bien mieux le contexte général de ce drame.

Indemnisation; Beaucoup se découragent et baissent les bras mais une poignée d'irréductibles a décidé d'affronter la tempête et ne souhaite pas capituler 07 dec 2011, tremblement de terre dans le monde de l'assurance de l'aérien!
une décision qui fait jurisprudence , une première mondiale ! les familles ont gagné en cassation ! Le combat continu ... pour l'honneur des notres et un peu de la Martinique !


Daniel Hierso
représentant AVCA
cellule technique hexagone

Saturday, December 10, 2011

Martinique : le procès du crash part aux USA



Aux USA, les dommages-intérêts sont des centaines de fois supérieurs.

La Cour de cassation a rendu hier un arrêt qui, à n'en point douter, fera date en matière de catastrophe aérienne. Saisie par 101 familles de la Martinique, la plus haute juridiction de l'Hexagone a jugé que la justice française n'était pas compétente pour accueillir l'action en responsabilité lancée par les ayants droit des victimes contre la compagnie colombienne West Caribbean et le transporteur américain Newvac. Ce dernier avait affrété l'appareil qui s'est écrasé le 16 août 2005 au Venezuela. Outre 8 membres d'équipage, l'avion avait embarqué près de 152 passagers à Fort-de-France pour un séjour d'agrément au Panama.

Énormes réparations

La décision de la Cour de cassation ouvre désormais la voie à la tenue d'un procès aux USA. Ce qui change profondément la donne pour les familles qui demandent réparation depuis plus de six ans.

En France, les dommages-intérêts alloués sont minimes (30 000 à 35 000 euros pour la perte d'un conjoint, 15 000 à 20 000 euros pour la mort d'un enfant). Même s'ils peuvent parfois être plus élevés, ils sont sans commune mesure avec ceux octroyés aux USA, où ils sont susceptibles d'être multipliés par 100, voire davantage. Outre-Atlantique, c'est en millions d'euros que l'on compte, diverses formes de préjudice ignorées en Europe étant largement prises en compte par les jurés populaires.

La stratégie suivie par Me Jean-Pierre Bellecave et Me Carlos Villacorta, les avocats des 101 familles, est aujourd'hui couronnée de succès, alors qu'elle avait suscité bien des doutes. Ces juristes, membres du cabinet franco-madrilène BCV implanté à Bordeaux, sont spécialisés dans la défense des victimes de catastrophes aériennes. Peu après le crash, ils avaient tout de suite essayé d'intenter un procès à Miami, ville qui abrite le siège du transporteur Newvac. Sans grand résultat.

Libre choix

Dans un premier temps, le juge de Floride avait estimé que la juridiction française était tout à fait « disponible » pour trancher ce contentieux. Cela n'avait pas empêché les conseils des 101 familles de demander au tribunal de Fort-de-France, en Martinique, de se déclarer incompétent. Ce dernier s'y était refusé, tout comme la cour d'appel de la même ville. À tort, selon la Cour de cassation.

En effet, la convention de Montréal, qui régit le transport aérien, stipule que le demandeur dispose, et lui seul, du choix de décider où se tiendra le procès. Il peut opter, entre autres, pour le lieu de destination du vol, le lieu où a été acheté le billet, le lieu où la société mise en cause a son siège social. Rien ne pouvait donc contrarier le choix des 101 familles.

Ces dernières, qui ont aussi engagé en Martinique une instance contre le constructeur américain de l'appareil, dont les alarmes de décrochage étaient, semble-t-il, déficientes, peuvent espérer voir cet autre procès migrer vers les USA. De quoi inciter peut être les assureurs des uns et des autres à ouvrir des négociations en vue d'une transaction. Et cela, quelle que soit l'issue de l'information judiciaire ouverte à Fort-de-France pour déterminer les causes du crash et qui semble aujourd'hui enlisée.


source

Friday, August 19, 2011

Catastrophe aérienne : Six ans après, la Martinique n’oublie pas


L’Association des Victimes de la Catastrophe Aérienne (AVCA) du 16 août 2005, dans lequel 152 Martiniquais ont péri lors du crash d’un avion de la West Caribbean Airways dans cette île, a organisé une journée de commémoration à la mémoire des victimes.

Une plaque a été inaugurée au Lamentin à la mémoire des disparus. Ensuite, les membres de l’AVCA et leurs avocats ont fait le point sur l’évolution du dossier à l’Hôtel de Ville, dénonçant les lenteurs des procédures et les blocages auxquels ils se heurtent.
« Nous sommes en attente des compléments d’expertise portant sur l’analyse des boîtes noires durant les dernières 24 heures de vol, et sur la traduction en français de tous les documents de maintenance de l’avion. Car aujourd’hui, c’est le juge qui avait refusé ces actes qui se voit contraint de les ordonner », indique un avocat des victimes, cité par le journal France-Antilles.

« La thèse qui domine dans les expertises rendues c’est une défaillance humaine, et la surcharge de l’avion. C’est un réflexe en cas de crash d’avancer la responsabilité du pilote. Car si ce n’est pas lui, c’est la machine, et on touche alors à des enjeux financiers de multinationales », poursuit-il.

Il ajoute : « nous allons relancer le juge d’instruction pour qu’il réalise ce qu’il lui a été demandé. Quand nous aurons ces actes, ce ne sera pas terminé. Il faudra les analyser. Nous sommes toujours à la recherche de la vérité ».

Des cérémonies ont également été organisées dans les autres communes dont les familles ont été touchées par la catastrophe. 

Tuesday, August 16, 2011

SIX ANS APRÈS, JOUR POUR JOUR

Mardi 16 août 2005, ils étaient tous à l’aéroport Aimé Césaire. Ce mardi 16 août 2011, ils seront tous au Lamentin, pour se souvenir.    

Crash : le mystère demeure

Il y a 6 déjà que 152 Martiniquais disparaissaient lors du crash du MD-82 de la compagnie West Caribbean


Il y a 6 déjà que 152 Martiniquais disparaissaient lors du crash du MD-82 de la compagnie West Caribbean au Venezuela, en tout ce sont 160 personnes qui ont perdu la vie lors de ce crash.

La compagnie aérienne West Caribbean a aujourd'hui disparu, peut-être afin de diluer les responsabilités et opacifier le dossier, en fait  on ne sait plus très bien si l'enquête est en cours, ni des suites réelles de cette catastrophe, l'association qui s'est créée  pour défendre les victimes ne s'est pas montrée à la hauteur,  ni très efficace, elle a  fait des choix hasardeux...

En ce jour du souvenir, une pensée pour les familles et les victimes.

Le relatement du crash du MD-82 sur ce blog

Evariste Zephyrin

Tuesday, June 21, 2011

Viewing cable 06PANAMA1286, PANAMA'S CIVIL AVIATION DIRECTOR FORCED TO RESIGN

If you are new to these pages, please read an introduction on the structure of a cable as well as how to discuss them with others. See also the FAQs 
Reference IDCreatedReleasedClassificationOrigin
06PANAMA12862006-06-30 22:132011-05-31 00:00CONFIDENTIALEmbassy Panama

VZCZCXYZ0014
RR RUEHWEB

DE RUEHZP #1286/01 1812213
ZNY CCCCC ZZH
R 302213Z JUN 06
FM AMEMBASSY PANAMA
TO RUEHC/SECSTATE WASHDC 8476
INFO RUEHZA/WHA CENTRAL AMERICAN COLLECTIVE
RUEHAC/AMEMBASSY ASUNCION 0100
RUEHBO/AMEMBASSY BOGOTA 2348
RUEHBR/AMEMBASSY BRASILIA 0287
RUEHBU/AMEMBASSY BUENOS AIRES 0169
RUEHCV/AMEMBASSY CARACAS 1050
RUEHGE/AMEMBASSY GEORGETOWN 0016
RUEHKG/AMEMBASSY KINGSTON 0226
RUEHLP/AMEMBASSY LA PAZ JUN LIMA 0659
RUEHME/AMEMBASSY MEXICO 3109
RUEHMN/AMEMBASSY MONTEVIDEO 0098
RUEHQT/AMEMBASSY QUITO 0908
RUEHSG/AMEMBASSY SANTIAGO 0197
RUEHDG/AMEMBASSY SANTO DOMINGO 0364
RUEHUB/USINT HAVANA 0034
RUEABND/DEA AVIATIONS OPERATIONS TX
RULSDMK/DEPT OF TRANSPORTATION WASHDC
C O N F I D E N T I A L PANAMA 001286

SIPDIS

SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 06/29/2015
TAGS: ECON EAIR FAA
SUBJECT: PANAMA'S CIVIL AVIATION DIRECTOR FORCED TO RESIGN

REF: DEPT FOR WHA/SCHIFFER

Classified By: AMB. Eaton for reasons 1.4(b) and (d).

1. (C) SUMMARY: Panama's Civil Aviation Authority (AAC)
Director Tomas Paredes told EconOff that President Torrijos
requested his resignation on June 26.  On June 30, Torrijos
nominated Eustacio Fabrega Lopez as the new AAC Director and
sent the nomination to the National Assembly for approval.
Paredes alleges his removal was due to his support of an
Attorney General investigation into alleged corruption by his
Subdirector Nelly Simeon.  Paredes further alleges Simeon,s
staffing decisions at the AAC are intended to replace non-
Revolutionary Democratic Party (PRD) employees with PRD party
members.  Without Paredes, the USG is losing a cooperative
high-level official in its interdiction efforts and in
ensuring a high level of safety in Panamanian aviation.  END
SUMMARY.

--------------------
The New AAC Director
--------------------

2. (C) Fabrega was the AAC Director from 1994 to 1999 under
the Balladares administration.  Fabrega is an alleged old
hunting companion of Manuel Noriega.  The AAC Coordinator for
Operational Security told EconOff he worked with Fabrega and
he was an excellent director.  The Coordinator told EconOff
that Fabrega's nomination should be approved by the National
Assembly "in a few days".

---------------
Alleged Motives
---------------

3.  (C) Paredes told EconOff that AAC Subdirector Nelly
Simeon has been trying to engineer his departure since she
took office in 2004.  Paredes believes his removal is linked
to Simeon's pending corruption investigation by the GoP's
Attorney General's Office. Simeon is under investigation for
misuse of government property and personnel.  In allegations
filed with the Attorney General's office, Simeon is accused
of operating an import/export business, Marketing Concepts
Corporation (MCC), without submission of the requisite duties
or paperwork.  The allegations further state that GoP
personnel and vehicles were used to transport the products.
Paredes told EconOff that the Director of the Customs
Department personally stopped a search of MCC's offices.  As
a result of the investigation, Paredes was required to
respond to the Attorney General's office inquiries and
corroborated many of the allegations.

4. (C) Paredes further alleges that Simeon has been using her
position to fire non-PRD employees and fill them with PRD
members.  Paredes claims Simeon is part of Torrijos' inner
circle and has placed many of her friends and PRD loyalists
in positions which control access and information flow to key
ministers and Torrijos.  Paredes believes Simeon was working
to pick his successor and has control of the AAC.

-------------------------
Simeon, Sampo and the DEA
-------------------------

5. (C) Paredes alleges Simeon traveled to Brazil with Mario
Sampo to solicit private investments for mining projects in
Panama.  Sampo is a Brazilian businessman who has previously
been under indictment for bank fraud in Panama.   Paredes
alleges that while in Brazil Simeon held herself out to
investors as GoP Vice Minister of Transportation and said all
mining activities in Panama had to go through her office.
Paredes related an alleged incident where Simeon personally
interceded to prevent AAC security officials from detaining
an airplane owned by Sampo which was not properly registered.
 Note: DEA in Panama has previously been in contact with
Paredes regarding Simeon,s alleged involvement with Sampo.

----------------------------------------
Latin American Civil Aviation Commission
----------------------------------------

6. (C) In November 2006, Panama,s AAC Director becomes the
president of the Latin American Civil Aviation Commission for
the next three years.

-------
Comment
-------

7.  (C) The USG is losing a cooperative high-level aviation
official in its interdiction efforts and in ensuring a high
level of safety in Panamanian aviation.  If Paredes,
allegations regarding Simeon are correct, Simeon joins a
growing list of high-level PRD officials reported to Embassy
officials engaging in illicit activity and using their GOP
positions for personal gain.